Vous êtes ici

Une passerelle vers un nouveau modèle économique

« Lutter contre les gaspillages et promouvoir l’économie circulaire »  pour sortir du modèle linéaire de l’économie qui a atteint ses limites, est un des objectifs affichés par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte de juin 2015.

Au-delà des aspects environnementaux, dans un contexte d’épuisement des ressources, de volatilité importante du prix des matières premières et de risques géopolitiques, le secteur du recyclage et de la valorisation des déchets est devenu stratégique pour la compétitivité des entreprises françaises.

Depuis plusieurs années, le France et l’Union Européenne se sont dotées de réglementations ambitieuses qui visent à réduire les quantités de déchets générées et à augmenter les taux de recyclage. Le Plan de réduction des de valorisation des déchets 2014-2020 conforte par ailleurs la place de la politique déchets dans la transition vers une économie circulaire.

Les objectifs affichés de ce plan à horizon 2020 sont une baisse par rapport à 2010 de :

  • moins 10% des déchets ménagers et assimilés,
  • moins 4% des déchets d’activités économiques,

conjointement à la valorisation de 55% (60% en 2025) des déchets inertes non dangereux, permettant un réduction de 30% des tonnages mis en décharge en 2020 avec un objectif de 50% en 2025.

 

La filière déchets en quelques chiffres…

Sur la base du code APE associé aux activités de « collecte, traitement et élimination de déchets », l’INSEE a dénombré environ 6700 entreprises pour un chiffre d’affaires de 22 milliards d’euros selon les données 2011. Ce secteur emploie près de 122 000 salariés.

La France a produit en 2010, 345 Millions de tonnes (Mt) de déchets. La majeure partie provient du BTP (247Mt) suivie par les déchets d’activités économiques et assimilés (63Mt). Durant la même période, les ménages ont généré 31Mt dont 15Mt d’ordures ménagères. Malheureusement, une trop grande partie de ces matériaux termine encore à ce jour en décharge ou en incinération et n’est donc pas valorisée.

A l’opposé, pour satisfaire les besoins des industriels et des ménages, la France a utilisé près de 782Mt de matériaux en 2012 (dont 389Mt de matériaux de construction, 239Mt de biomasse agricole, 133Mt d’Energies fossiles). Une petite partie de ces matériaux en fin de vie est recyclée et réussit à satisfaire les cahiers des charges des industriels. A titre d’exemple, près de 60% des matières utilisées pour la production de papiers et cartons sont d’origine recyclées. De même, environ 40% de l’acier ou 46,4% des métaux non-ferreux proviennent du recyclage. Par contre, le taux d’utilisation de matières premières issues du recyclage chute à 5,3% pour les matières plastiques.

Pour atteindre les objectifs en termes de collecte et de recyclage de certains produits particuliers, la France s’est organisée autour d’une vingtaine de filières REP (Responsabilité Elargie du Producteur) qui ont pour vocation de collecter une redevance (éco-contribution) auprès des producteurs et utilisateurs de ces produits pour financer les acteurs qui vont prendre en charge la fin de vie de ces produits. Les éco-organismes sont agréés par l’état et ont des objectifs précis en termes de collecte et valorisation. Ils doivent aussi investir une partie des sommes collectées pour des actions de sensibilisation ou de R&D.

Il existe de nombreux éco-organismes selon les types de déchets :

Eco-système, Ecologic, Recyclum pour les DEEE

- Eco-emballages pour les emballages ménagers

- Eco-mobilier et Valdelia pour les meubles

- Ecofolio pour le papier

- EcoTLC pour les textiles, linges et chaussures

- Aliapur pour les pneumatiques

- Corépile pour les piles et batteries

- …

 

Certains secteurs d’activités se sont organisés de façon volontaire sous forme de filières REP. C’est par exemple le cas des fabricants de cartouches d’encre ou des produits plastiques agricoles.

Malgré des efforts importants réalisés par les éco-organismes et les acteurs industriels qui travaillent en partenariat avec eux, il y a encore beaucoup de travail à accomplir. Ainsi, on estime à 16Mt le gisement de déchets concernés par les filières REP (chiffres de 2012) mais seulement 6,6Mt ont été recyclées.

 

Pour en savoir plus

  • Les chiffres donnés ici proviennent du rapport de l’ADEME 2015 concernant les chiffres-clés de la filière déchets en savoir plus

  • Nous vous invitons à consulter nos fiches « déchets » détaillées selon les types de déchets en savoir plus