Vous êtes ici

ENTRETIEN. IFP ENERGIES NOUVELLES, COUP DE POUCE A L’INNOVATION !

Stéphane Prendki a dirigé pendant 10 ans le bureau d’études moteurs d’IFP Energies nouvelles (IFPEN) après l’avoir créé. En 2005, il saisit l’opportunité de développer des projets d’innovation avec des start-up et des PME. Il nous raconte comment IFPEN met ses ressources R&D au service des start-up et PME et la satisfaction qu’il éprouve à accompagner ces entrepreneurs dans leurs projets extrêmement variés.

 

Pour commencer, pourriez-vous nous présenter IFP Energies Nouvelles ?

La mission d’IFPEN est de développer des nouvelles technologies pour l’énergie, la mobilité, l’environnement et le développement durable afin de répondre aux défis sociétaux de l’énergie et du climat. Anciennement Institut Français du Pétrole avec des activités centrées sur les hydrocarbures, IFP Energies Nouvelles a largement élargi son périmètre d’activités en intégrant les nouvelles énergies, la mobilité douce, l’environnement et le développement durable, en plus de ses métiers historiques. Aujourd’hui, nos activités hors hydrocarbures représentent plus de la moitié de notre activité. Nous sommes 1600 personnes en équivalent temps plein, représentant une grande variété de métiers et de compétences : plus de 50 au total. Nous sommes implantés sur deux sites, l’un à Rueil-Malmaison en région parisienne et l’autre à Solaize en région lyonnaise. Nous accueillons également 40 nouveaux doctorants en recherche fondamentale chaque année.

 

IFP Energies nouvelles est également un institut de formation…

Nous avons en effet une école, IFP School qui propose une formation aux ingénieurs qui souhaitent se spécialiser dans nos métiers. Ce sont 500 élèves, dont la moitié sont étrangers, qui viennent se former chaque année.

 

En quoi consiste l’accompagnement à l’innovation d’IFP Energies Nouvelles ?

En tant que chargé d’open innovation, mon métier consiste à aider les start-up et les PME à développer leurs projets d’innovations technologiques dans les domaines de recherche d’IFPEN, en apportant les ressources et les compétences de l’établissement et dont les entreprises manquent. Par exemple, nous avons accompagné l’entreprise Ciel et Terre pour le développement d’une centrale photovoltaïque sur plan d’eau douce. Nous avons aidé à réaliser les calculs de structure et à élaborer l’ancrage, nous avons également orientés les travaux vers une solution technique satisfaisante pour supporter les panneaux solaires. Nous avons dimensionné les flotteurs, modélisé leur résistance aux efforts et effectué les essais de traction et de flexion dans nos infrastructures, ce qui a permis d’avoir les homologations requises pour la commercialisation. Nous avons également élaboré et mis à la disposition de l’entreprise un outil de calcul d’ancrage en toutes conditions. Au final, nous avons déposé un co-brevet avec Ciel et Terre. Une équipe de 7 personnes d’IFPEN a  contribué à ce projet, sur une durée de 18 mois.

 

Quelle est la teneur du partenariat que vous nouez avec les entreprises accompagnées ?

Nous proposons aux start-up et PME qui ont un projet d’innovation un partenariat gagnant-gagnant avec un partage des risques, puisque IFPEN finance tous les travaux opérés par ses chercheurs. Nous partageons également la propriété intellectuelle et les frais afférents de dépôt et de maintien des brevets, et nous attribuons une licence exclusive sur le produit que nous avons contribué à développer. Lorsque la start-up ou l’entreprise commercialise son innovation, elle rembourse IFPEN sous forme d’un pourcentage du chiffre d’affaires réalisé. Si l’innovation n’aboutit pas ou si le produit ne rencontre pas son marché, elle ne doit rien à IFPEN. Nous faisons également bénéficier l’entreprise de notre réseau et notre rayonnement afin de faire connaitre son innovation.

Dans certains cas nous créons des partenariats corporate avec des PME qui sont vraiment dans nos axes prioritaires de développement. Nous proposons alors un partenariat dans la durée où IFPEN prend en charge la R&D conformément au cahier des charges de l’entreprise. Il nous arrive également parfois d’entrer au capital d’une entreprise. C’est ce que nous avons fait avec la Compagnie des Mobilité (Geovelo) qui permet aux cyclistes d’optimiser leurs trajets et avec laquelle nous continuons de travailler sur de nouvelles fonctionnalités comme la météo.

 

Comment identifiez-vous les entreprises qui ont besoin d’un « coup de pouce » ?

Chaque année, nous accompagnons 15 à 20 projets sur la France. Pour les détecter, nous développons un réseau avec les incubateurs, les agences de l’innovation, nous participons à des manifestations… Par exemple, je participe à des présentations organisées par l’incubateur Euratechnologies ou au jury pour la nouvelle promotion de l’AgTech en octobre.  Avec le Pôle TEAM2,  nous sommes complémentaires :  TEAM2 apporte le financement de l’innovation et IFPEN les ressources scientifiques et techniques ainsi qu’une partie du financement de l’innovation.

 

Cela fait 15 ans que vous accompagnez les start-up et PME, quelles évolutions avez-vous constatées au fil de cette période ?

Je constate que de plus en plus de projets font appel à l’intelligence artificielle, à l’analyse d’image et au digital. Nous suivons la demande des start-up et des PME qui évolue. Nous travaillons beaucoup sur l’usine digitale, l’usine 4.0, les IoT. Nous avons donc développé des applications en open source sur le traitement du signal et le traitement de l’image. Aujourd’hui, nous travaillons aussi régulièrement sur des sujets à impact social. Cela peut sembler hors périmètre mais nous considérons que le développement durable inclut tout ce qui permet à la société d’avancer dans le respect de l’environnement.

 

J’imagine que ce sont des sujets très enrichissants humainement et techniquement…

C’est vrai ! J’aime par-dessus tout la variété des projets et pouvoir aider les gens. Ce qui est formidable également, c’est la motivation des collègues pour travailler sur de nouveaux sujets de R&D et pour partager leur expérience avec les entreprises. Et puis nous faisons de belles rencontres et nouons des relations dans la durée, ce qui est très enrichissant !

 

Amandine Clémençon pour TEAM2 | Date de publication : 03 décembre 2020